DEPART EN AOUT 3ème PARTIE



13 AOUT 2018


 
 
TOUJOURS L'OCEAN
 

3ème partie







 
 
Nos copains ont pris la direction de Mimizan et nous, nous filons jusqu'au CAP FERRET (33)
 
 
 
Un beau bouchon à l'embranchement de la route pour le Cap, là où il faut bifurquer pour ne pas aller à Lège Cap Ferret, nous roulons au pas jusqu'à Claouey, après ça va mieux malgré une circulation bien dense. On peut presque compter les cailloux au bord de la route à l'allure où on roule.


Après avoir bien patienter, traverser toute la presqu'ile, nous arrivons tout au bout à la Pointe pour visiter le Phare. Curieusement, beaucoup de places libres, c'est donc là que nous laissons Magéo avant de prendre les billets pour monter au sommet du Phare. Pas trop de bousculade, pour la saison, je trouve que c'est presque calme.
 
 
 

 
Construit en 1840, les derniers gardiens sont partis en 1993. Il est inscrit aux Monuments historiques depuis novembre 2009

Quelques chiffres : 52 mètres de hauteur 
                               258marches 
                               Portée 22.5 milles (soit 42km) 
 
 
 
 

 





 
 
 
240, 241, 242 … on arrive presque … courage !
 
 
 
 
 
 
Au sommet, une vue à couper le souffle
c'est tellement beau que j'en oublie ma peur du vide
 
 

 
 
 
 

 
Au fond la dune du Pillat,
 
et le Bassin d'Arcachon
 
 
 
 
 
 
 


 
 
 
 


 
 
 
 




 
 
 
 
on ne s'en lasse pas



 
 
 
 
 
La lanterne
 
 
 
 
 
 
 


 
 
 
 
 


 
 
 
 
Qu'est ce que c'était bien … une fois en bas, un espace animation nous explique toute la mécanique du phare, et avant de sortir se trouve la boutique pour les "fanas" de souvenirs.
 




 
 

 
 
 
 
Retour au  c.c pour prendre la route du parking de la Pointe du Cap.
D'ici, un peu de marche (environ 2km) pour aller se baigner, en effet la plage de la Pointe, est fermée par arrêté préfectoral à cause des dernières tempêtes, de l'érosion, et des forts risques d'effondrement. Le trait de côte reculait de 1 à 2m par an il y a 5 ans, maintenant c'est 4m chaque année.  Les scientifiques estiment que le recul global du site pourrait être de l’ordre de 44 m en 2020 et 124 m en 2040, c'est très inquiétant.
 
Cet endroit protégé n'est pas trop fréquenté du fait de l'éloignement, une fois le sentier passé, il faut marcher sur des planches et remonter la dune avant de redescendre sur la plage.  Quand on arrive, c'est magnifique, ça vaut la peine de marcher sous le soleil.
 
 
 
 
En chemin je vous fait profiter du paysage 

 
 

 
 
 
 
La Dune au loin
 


 
 







 



 
 
 


 
 
 
 


 
 
 

 
 
 
 
 
 
Le chemin est bien canalisé afin de ne pas détruire la flore
et pour que les gens ne marchent pas sur la dune
 
 
 

 
 
Au retour
 


 
 
 
Des troncs bien tortueux

 
 
 
 
A flâner, la journée passe vite, ici, il n'est pas question de rester n'importe où pour passer la nuit, sur le parking non plus interdit de dormir dans le c.c sous peine de P.V, nous rebroussons chemin afin de trouver petit coin. C'est à quelques km que nous remarquons une aire de pique nique où quelques c.c sont déjà installés.
Parfait !! les voisins ne sont pas trop sympas mais la nuit sera calme malgré la route très proche. Nous notons précieusement cet emplacement si jamais nous revenons dans le coin. Nous avions lu qu'il était impossible de se garer hors camping comme quoi.
 
 
 
 
 
Pas mal hein !





 
 
 
 
Nouvelle journée, sur la route HOURTIN(33) nous fait signe de nous arrêter. Ce n'est pas la découverte du siècle, nous sommes déçus, pas grand chose à voir, hormis la baignade dans la baie à l'abri des vagues, l'endroit pourtant réputé pour les vacances, n'a rien d'exceptionnel, pour nous en tout cas. 
 
 

 
 
 


 
 
 
 
 
Insolite
je ne sais pas si il y en a beaucoup








 
 
 


 
 
 




















 
 
 
 


 

 

 
Nous avons vite fait le tour, malgré tout, les emplacements pour les c.c sont bien, tout près de la plage, c'est pratique. Mais bon nous ne passerions pas 15 jours ici.
 
Pendant notre mini séjour, nous regardons pour notre prochaine étape. L'ile d'Oléron nous tente bien, nous ne connaissons pas trop et c'est avec enthousiasme que nous reprenons la route.
 
Nous vous retrouvons sur l'Ile à tout de suite
 



 


 






DEPART EN AOUT 2ème partie

AOUT 2018




 
 L'OCEAN
 
 2ème partie
 
Nous voici installés à VIEUX BOUCAU (40), du monde, beaucoup de monde, le soleil est toujours là en plein travail,  même à l'ombre la température est haute.
Nous sommes en terrain connu, le lac, l'océan,  un joli  village animé pour passer quelques jours, hors saison on peut se garer sur la place face à l'océan mais là, l'aire est obligatoire.
 
 
Une fois en place, nous partons pour une grande balade, nous empruntons les passerelles en planches pour arriver à l'océan de l'autre côté du village.
La baignade dans le lac est à proscrire, la vase a envahie le fond à cause de la chaleur et une mauvaise odeur flotte sur la plage. Beurk !!!
De ce côté moins de monde mais  impossible de se baigner à cause des vagues énormes, je ne tente même pas de mettre un pied dans l'eau, de plus les chiens ne sont pas admis, nous restons un moment sur un banc à admirer le paysage et observer ceux qui tentent de faire du surf.
Puis, en fin d'après midi nous profitons du petit train "navette"  pour retourner au centre du village, Azia qui se fatigue  vite maintenant, est bien aise de prendre "le transport en commun"


 
 









Vue sur le lac en plein soleil




 
 
 
Le cœur du village



 
 
Fin de journée au bord du lac









Le lavoir près du courant de Messanges













Côté Océan


















Ce soir fête au village "Les Sardinades", nous nous sommes régalés, une organisation exceptionnelle, aucune attente, le service bien chaud sur des grandes tablées enjouées, après le repas, nous nous sommes éclipsés avant les chansons et les danses au son de l'accordéon ceci n'étant pas vraiment notre tasse de thé.
Un belle soirée gaie et chaleureuse, c'était très sympathique. A faire sans modération
 
 
 






 INTERMEDE
 
Il faut qu'on vous raconte : il y a des jours où l'on ferait mieux de rester où l'on est, car faire des km pour rien ce n'est pas ce qu'il y a de mieux !!
 
En effet : le lendemain, l'idée nous prend de partir pour San Sébastien en Espagne, et bien ce n'était pas la meilleure idée de l'année ! 
Après avoir passé la frontière, nous avons eu  de la peine pour traverser San Sébastien, , circulation et  travaux en ville, nous ont fait passer un moment assez tendu. 
Un agent de ville nous confirme pour l'aire de service, car la petite route nous semblait un peu décentrée mais c'est bien la bonne, nous commençons la grimpette. Le pas loin fait bien 7 km et à l'arrivée l'aire près du Camping Igueldo n'a rien d'engageant, c'est vrai que l'endroit est magnifique mais bien isolé de tout. Il parait que c'est le paradis des randonneurs.

Après une pause déjeuner au soleil, nous allons lire les affiches du camping : 45 € la nuit ou 25€ l'aire car on peut bénéficier de la piscine et des sanitaires, cela fini de nous décider à reprendre la route en sens inverse.
Après avoir chercher un endroit pour la nuit sur le parcours sans succès, nous stoppons sur l'aire de Milady à Biarritz (64) la saison n'est pas propice aux étapes improvisées.
 
Et bien ! ce n'est plus une  aire de service mais un "presque camping" où les gens sont installés depuis des mois. Nous restons perplexe face à ce sentiment de déranger en arrivant. N'y a t-il donc aucun contrôle ?
Ce n'est plus l'endroit que nous avions apprécié il y a quelques années, c'est dommage car l'aire est idéalement placée à quelques pas de la plage.
Ceci ne nous empêche pas d'aller nous baigner et de faire un tour sur le sentier le long de la plage, des sculptures faites avec des galets face à l'océan agrémentent notre balade.
La soirée passe vite, nous sommes un peu fatigués par la route et ne tardons pas à nous mettre au lit.
 

Après les petits désagréments d'hier, nous reprenons notre route ...


 
 Quelques souvenirs de notre étape
 



 
 
 


 
 
 


 
 
 
 









 
 
 
 Les drôles de sculptures

 



 
 


 
 
 


 
 
 


 
 
 


 
 
 
Le Château d'Ilbaritz
 
Au début propriété du Baron Albert de l'Espée
 
construit entre 1895 et 1897 il abrite le plus grand orgue jamais construit pour un particulier : 22 m de long, 14 de large, 17 de hauteur,   offrant ainsi un espace de 3360 mètres cubes, cet orgue est aujourd'hui monument historique au Sacré Cœur de Paris
 
Pour l'époque le château est d'une extrême modernité : eau filtrée, électricité, téléphone et climatisation. Malheureusement il ne se visite pas.
 
 
 




 
 
Suite à notre journée mouvementée d'hier, repos de quelques jours à HOSSEGOR (40) . Nous sommes un peu loin de tout mais vu la chaleur, nous n'allons pas faire de grandes balades mais plutôt rester à l'ombre des pins en attendant des températures plus respirables, je pense que ce sont les journées les plus chaudes que nous ayons eu, jusqu'à 40° dans le camping car
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous avons bien récupéré, aujourd'hui c'est en camping car que nous allons visiter Hossegor car il y a bien 4 km qui nous séparent du centre,  le parking du stade nous offre un bel emplacement près du centre.
 

Nous traversons la ville et le pont qui traverse le canal par l'avenue Paul Lahary, pour voir l'océan où les vagues sont gigantesques
De là, nous longeons la côte en profitant de l'air frais et iodé jusqu'au port de Cap Breton, le temps est un peu gris et menace un peu de laisser tomber quelques gouttes. Mais nous passons au travers.
Retour par l'avenue du Touring Club, après les 5 km parcourus nous méritons de retrouver le centre pour  déjeuner.
L'endroit est très touristique, les restaurants et les boutiques sont bondés, mais c'est joli, les maisons typiques et les  grands hôtels  donnent du cachet à ce lieu où l'on se sent bien.
 
 
 
 
 
 


 





 
 
 


 
 
 
 
Le rendu n'est pas très beau c'était loin
 
 











 
 
 
Bord de plage d'Hossegor
 


 
 




Pas de baignade avec le vent et les énormes vagues on ne voit que les surfeurs qui luttent un peu pour monter sur les planches





 
 
Ah oui il y a de beaux rouleaux




 
 
 
 


 
 

 


 
 Port de Cap Breton
avec un temps bien gris
 



 
 
Nous retournons reprendre une place sur l'aire d'Hossegor. Les codes fournis avec le ticket nous permettent d'entrer et sortir c'est pratique.
Dans la nuit, il fait plus frais, une petite averse a fait descendre la température.
Le jour suivant, comme d'habitude il faut faire un peu de rangement ainsi que les services du c.c avant le départ pour une autre destination.
 
 
 
 
La circulation est fluide sur des lignes droites interminables
 
 
 
 
 
 
 
 BISCAROSSE PLAGE (40)
 
Pas possible par ici non plus de se "poser" dans un coin tranquille, nous sommes obligés d'opter pour l'aire encore une fois, même sur la petite place  interdiction de rester la journée, et partout des petits poteaux en bois nous empêchent de passer. 
L'avantage, les emplacements se trouvent à la "queue leu leu" de chaque côté des chemins du coup pas de parking  sardines.  Ce n'est pas non plus la plus belle aire qui existe mais il faut faire avec.
 
Nous retrouvons un couple avec qui nous avons déjeuners au bord d'un lac avant d'arriver ici, c'est sympa.
 
 

 








Nous avons de jolis compagnons


 








 
 
 
Un sympathique chemin pour aller à la plage












 
 
Comme c'est couvert, pas besoin de parasol pour la belle





 
 
Il y a des courageux














 





Le lendemain le beau temps est revenu, nous en profitons pour nous rendre jusqu'au village à 3km environ, c'est un vrai village de vacances, mais bien aménagé, et, c'est quand même agréable de se balader ici.


 



 
 
 
Les pelouses au dessus de la plage











 
 
 


 
 
 
 
Au pied des chalets, des enrochements renforcés avec du béton, ont permis de gagner du temps car l'érosion menace de les faire tomber dans l'océan, en dessous, la plage est interdite.
 


 
 
 
 
 
Sur les plage à cause des baïne, les gens sont tous regroupés au même endroit, de toute façon à cause de la force des vagues, c'est juste trempette et c'est physique, il faut lutter  un peu pour ne pas tomber, il y a pas mal d'accident les pompiers et surveillants ont du travaille.
 
 
 
 


 
 
 




 
 
 
Là on voit bien les aménagements
 



 
 
 
 


 
 
 
On trouve aussi des endroits bien sauvages
ça c'est chouette
 



 
 
 
Le lendemain, des amis en vacances dans le coin nous rejoignent, ils resteront deux jours avec nous, baignades, apéros, que du bonheur … Nous aurons aussi la surprise de rencontrer des gens qui habitent à côté de notre village, oh la, quand la Hte Savoie se retrouve !!!
 
 
 
 
 
 


 
  















 
 
Qu'est ce qu'on prend soin de moi







Retour au c.c  









 
 
 






 
 
 
 
Ils sont là, à sauter de pins en pins, les plus téméraires viennent jusqu'à nous















 

Je me dépêche pour la suite, rendez vous au CAP FERRET